09
Mar, Mar

Articles les plus lus

Le parcours est fléché avec départ route de la Grand Roche devant le portail du manoir. Il suffit de suivre les panneaux HRM. Chaque coureur devra installer Strava ou Garmin sur son téléphone portable. Une fois le parcours enregistré, le coureur envoie son chrono à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou par SMS au 06 16 48 51 53. Il est possible de faire le parcours autant que désiré, seul le meilleur chrono sera conservé. Le classement est consultable sur la page Facebook. Les personnes qui ne sont pas équipées de Strava ou Garmin peuvent se faire chronométrer les dimanches matin. Cela se fera par groupe de six sur rendez-vous. Les futurs participants ont jusqu'au dimanche 28 février pour réaliser leur chrono.

 

Le départ de la foulée matourine se fera à 9h pour une course de 12 km, 350 m de dénivelé, ouverte aux juniors, espoirs, seniors et vétérans, et une de 25 km, 800 m de dénivelé, ouverte aux espoirs, seniors et vétérans. Des ravitaillements seront proposés sur les deux courses.

Au départ des courses, les participants devront porter un masque qu'ils retireront après avoir parcouru quelques mètres, puis le remettre à la fin de la course.

 

Inscriptions uniquement sur le site chronopuces.fr La présentation d'un certificat médical et d'une licence sera obligatoire. Tarifs : 12€ pour le 12 km et 15€ pour le 25 km.

Pour une commune d'un peu plus de mille habitants, Matour tire largement son épingle du jeu. Preuve en est, après près de six ans de travail, la maison de santé a vu le jour en 2020, et les premiers professionnels de santé sont arrivés en septembre. "Il reste quelques travaux de finition, mais onze professionnels sont déjà installés, se réjouit Thierry Igonnet, maire de Matour. Un médecin, trois infirmiers, trois kinésithérapeutes, deux orthophonistes, un ostéopathe et une psychologue sont déjà en place. Un deuxième médecin va arriver, mais nous avons le potentiel pour en accueillir trois." Dans les semaines à venir, la maison de santé accueillera également une sage-femme, un pédicure-podologue, une nutritionniste ainsi qu'une sophrologue, tous en temps partiel. "L'année 2021 sera l'année de la fin d'installation et de la stabilisation pour cette maison de santé, confie Thierry Igonnet. Nous réfléchissons déjà à une extension pour accueillir d'autres professionnels de santé."

Le bourg va être aménagé

Autre sujet important de l'année, l'aménagement du centre-bourg. Les entrées et sorties du bourg seront revues, avec la mise en place de rétrécissements et sûrement d'une zone 30 km/h. Les trottoirs seront également agrandis, afin de sécuriser l'espace partagé entre les piétons et les voitures.  Vendu aux enchères en 2004, Le Lion d'or, emblématique hôtel-restaurant de la commune, va quant à lui être réhabilité. Sept appartements vont voir le jour, et une laverie sera installée au rez-de-chaussée. Portés par l'Opac, les logements devraient être livrés pour début 2022.

"Tout cela va permettre, à terme, lorsque l'on est âgé ou sans moyen de locomotion, de bénéficier de l'attractivité du centre-bourg", explique le maire. 

De nombreux travaux

Outre ces aménagements, des travaux sont engagés sur le réseau d'eau potable. D'autres sont prévus : l'école maternelle, construite dans les années 70, va être rénovée ; un système de hall couvert sera installé à la Maison des patrimoines pour pouvoir accueillir les marchés et d'autres manifestations ; un bâtiment va être rénové pour accueillir un commerce potentiel... "Nous allons échanger avec la restauratrice du bar-restaurant Entre nous pour bâtir un projet, le bâtiment n'étant plus en conformité, ajoute le maire. Nous voulons conforter ce commerce." Enfin, la Commune a acheté, avant Noël, le local d'un ancien menuisier, décédé, en périphérie du bourg. Le maire souhaite conserver le caractère commercial du bâtiment.

"Si l'on veut un avenir, il faut absolument insister sur le centre-bourg, il faut que les gens puissent se projeter dans notre village", conclut Thierry Igonnet.

 

 

Advertisement