27
Sam, Fév

Articles les plus lus

"Que la joie de la naissance du Christ ressaisisse la terre entière !
Les étoiles brillent-elles encore dans ce temps de Noël ?
Et où les voyons-nous ?
La tradition chrétienne se réfère à un astre levé à l’Orient, et conduisant d’illustres chercheurs jusqu’à l’humble lieu de la naissance du Christ, à Bethléem. La vue de cet astre leur a causé "une très grande joie", dit l’évangéliste Matthieu.
Quel est aujourd’hui cet astre dont la vue causerait pour tous une très grande joie ?
Je vois sa lumière briller sur le visage de cette jeune maman recevant pour la première fois dans ses bras son enfant né deux jours auparavant, et dont la venue au monde fut très difficile. Elle me disait : "je ne sais pas si cela s’appelle prier, mais je lui ai parlé toute la nuit, car je ne parvenais pas à dormir, pour qu’Il sauve mon enfant. Et j’ai aussi découvert la délicatesse de mon époux, comme jamais à ce degré auparavant. Il pleurait pour moi. "
Je vois encore la lumière de l’astre de Noël briller sur le visage de cet homme et de cette femme, déjà un peu âgés, qui dormaient dans la rue, et à qui, il y a quelques jours, une maison a été ouverte pour les héberger. Ici, pleurs de joie !
Je vois encore cette lumière - je la devine, plus exactement - sur le visage de l’ange de la déposition, tout récemment restauré dans une chapelle latérale de la cathédrale d’Autun, et qui, devant le corps de Jésus mis au tombeau, garde un œil ouvert à la confiance et à l’avenir, tout en essuyant une larme de l’autre œil.
Je vous souhaite, justement quand l’obscurité du doute et des épreuves peut vous submerger, d’être transformé en homme et en femme d’espérance, grâce aux signes de résurrection et d’amour visibles chaque jour sur le visage des simples gens. N’est-ce pas à ces simples gens qu’est promise en premier la joie que nul ne pourra leur ravir ?
Plus que jamais donc en cette fin d’année 2020, que la joie de la naissance du Christ ressaisisse la terre entière, et vous apporte la paix !"

Élue Miss Saône-et-Loire le samedi 7 mars dernier à Paray-le-Monial, puis Miss Bourgogne le 3 octobre Lou-Anne Lorphelin vient d'être élue 4e dauphine de Miss France ce soir au Puy du Fou, huit ans après le couronnement de sa sœur, Marine Lorphelin.

Elle n'aura pas fait mieux que la place de 3e dauphine de la digoinaise Sophie Diry l'an dernier.

C'est finalement Miss Normandie qui remporte le concours.

Du vendredi 11 au jeudi 31 décembre, votre journal La Renaissance organise un concours de textes en patois.

En hommage à notre regretté Père Mathurin, nous vous invitons à nous envoyer des textes écrits en patois pour nous raconter une anecdote, une histoire amusante… ou tout ce qui pourra vous passer par la tête…

À l’instar de ce lecteur qui a eu la gentillesse de nous laisser un texte au journal et que nous remercions en le publiant, tous les amoureux du patois local sont invités à participer.
"La Dzosephine avo p’voisin le père Glodus que possédo un élevage de lapins, dont un superbe biau reproducteur qu’aul avo acheté un grand prix, avec totes les garanties d’la race et dont au l’tot si fier qu’au n’rato pas ene occajon p’le faire va a totes ses connaissances. Mais un bio dzo la Dzosephine trouva le biau père lapin mort d’vant sa porte et tot tarrou. Catastrophée, a s’dit : yé mon tsin (un labrador) qu’a fait l’coup. P’éviter un drame entre voisins, li vint ene idée ; elle ramasse le père lapin, le porte dans sa  baignoire, le lave, le shampouine, le setse et l’soir venu, à la nuit tombée, le rinstalle dans l’clapier du voisin.
Le lendemain matin, le père Glodus arrive tot effaré vé la Dzosephine : d’zy comprends ren... à part un miracle, mon père lapin qu’éto mort, j’lavo entarré dans l’zardin et c’tu matin d’zle rtrouve dans le clapier.
Y’est vrai que d’nos dzos ya tellement de tsauzes bizarres."

Les textes les plus originaux et les mieux écrits seront récompensés et publiés dans nos pages vendredi 29 janvier. Ils seront lus par nos soins et par des membres de l’association Le Tseu : un pays, une langue.

Vous pouvez envoyer vos textes

  • par courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ;
  • par le biais de notre site internet : journal-la-renaissance.fr ;
  • par courrier : Journal La Renaissance - 13 rue des Deux Ponts 71600 Paray-le-Monial
  • venir les déposer directement à cette même adresse

N’oubliez pas de nous indiquer vos coordonnées afin que nous puissions vous contacter si votre texte est sélectionné.

Toute l’équipe de La Renaissance vous remercie d’ores et déjà de votre participation et vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année.

PS : pour le règlement du jeu concours c'est ici !